l'antre des Cuspna

Je voudrais mourir si cela ne vaudrait mieux que de ramper, de s'avilir et se prostituer
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le temps d'un voyage...

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
Vamp

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Le temps d'un voyage...   Lun 30 Nov - 10:21

La jeune femme au teint blanc sentait le regard de Lin peser sur elle. Elle redressa légèrement le menton tout en regardant Fenrir. Elle n'osait imaginer ce que Lin pouvait penser à cet instant même, en voyant sa compagne restée non seulement passive face au geste de l'homme mais sans même lui accorder un regard, comme si son sort l'importait peu. La jeune femme se recula contre le tronc rugueux d'un arbre. Son regard noir se tourna enfin vers Lin quand elle perçut le mouvement du jeune homme. La jeune femme observa les deux hommes. Lequel des deux avait-il le plus sa confiance ?

Son visage resta de marbre alors que le combat s'engageait. Pas le moindre coup ne lui arracha une grimace. Pas une émotion ne filtra sur ses traits blancs. Reine de glace et d'insensibilité.

Pourtant, la jeune femme avait un noeud de sentiments noué au creux de la poitrine.

De la fierté d'abord. Fenrir se débrouillait très bien, et elle n'en était pas moins fière, car c'était d'elle que venait chacun de ses gestes. Son orgueil ronronnait de plaisir. Elle était un excellent professeur. Chacun de ses gestes frappait l'adversaire avec précision et efficacité. Ses mèches brunes et humides lui tombaient sur les yeux, mais ne semblaient pourtant pas le gêner. Se concentrer sur l'adversaire et faire abstraction de tout. Une grande fierté s'empara de la jeune femme au teint de mort. Longtemps durant leur enfance, les deux compères s'étaient battus. Jamais pour de vrai. Par entraînement ou par amusement. Cela avait débuté alors que Vamp commençait tout juste ses entraînements.


Valachis, la réserve d'une taverne.

Elle est appuyée contre le mur, négligemment. Les bras croisées sur son buste plat, elle regarde Fenrir peiner à ranger des sacs entiers de nourriture. Les sourcils levés, elle le regarde se battre avec les sacs de toile. Bien sûr, elle ne bouge pas d'un pouce.

-Je peux savoir ce que tu fais ?

-Je range...

-Ben dépêche toi !

-Merci de ton aide... Ca irait plus vite !

-Mon aide ? Tu rigoles... C'est un travail pour les paysans ça...

-M'emmerde pas...

-Sinon quoi ?

-Vamp...

-Quoi ?

Il soupire et finit par donner un coup de pied rageur dans les sacs, en déchirant un.

-Tu vas te faire tuer...

Il se tourne vivement vers elle voulant la moucher mais se stoppe net en posant ses yeux sur les bras nus de la fillette.

-Qu'est ce que tu as aux bras ?

Elle s'empresse de couvrir ses bras de ses manches, plus par réflexe que par réelle gêne. Elle déteste que l'on voit sa peau.

-Mon père, il m'apprend à me battre... Il m'apprend plein d'choses... Il m'a dit que ça me servirait plus tard...

Il la regarde avant d'éclater de rire.

-Une fille... Une cul-poudrée en plus... Se battre, ben voyons... Tu sais être drôle quand tu veux et t'arrives même à te décoincer...

Elle en reste bouche bée. Mouchée. Et il sait qu'il a fait mouche. Il venait de doublement l'insulter. Fier de lui, il ne vit pas le poing arriver droit vers son visage. En revanche il le sentit. Puis plus rien. Son corps s'effondra sur les sacs pour ne plus bouger.

-Fenrir ?

Le jeune garçon venait de se prendre sa première pomme.


A partir de là, elle lui apprenait tout ce que son père avait put lui apprendre dans la matinée. En échange, Fenrir lui apprenait et lui faisait découvrir son monde. C'est grâce à lui que Vamp connu « la vie ». Elle se rappellerait toujours le jour où le jeune garçon l'avait tiré de sa rêverie paresseuse pour l'amener à l'écurie où une jument donnait la vie. Bouche bée, la fillette avait enfoncé ses ongles dans le bras du Loup, persuadée que le poulain était mouillé parce qu'il s'était noyé et qu'il allait mourir. Elle s'était même mise à pleurer en le voyant se lever sur ses jambes toutes fines, persuadée que Dieu lui avait rendu la vie. Fenrir avait aussi été un excellent professeur.

Vamp reporta son attention sur le combat et porta son regard sur Lin cette fois. Un frisson descendit le long de son dos, jouant sur sa peau. Il s'était déjà battu en sa présence, mais généralement, elle-même était trop occupée pour remarquer la technique du jeune homme. Là, elle n'en perdait pas une miette. Son regard noir glissait sans aucune pudeur le long du corps de son amant. Elle changea de position contre le tronc de l'arbre, le sentiment qui naissait en elle la mettant mal à l'aise.

Les deux corps étaient maintenant au sol, se débattant sur le sol dur et froid de la forêt. La jeune leva un sourcil et se détacha soudainement de l'arbre pour s'approcher des deux hommes. Elle n'aurait normalement pas dut bouger, et attendre la fin du combat, mais du sang coulait sur le visage de Lin. Elle ne savait pas à qui appartenait réellement ce sang, puisque qu'il était aussi présent sur la lèvre de Fenrir, mais elle s'en moquait. Elle ne réfléchit pas vraiment. La seule image qu'elle avait, c'était le sang de Lin.


-C'est bon ça suffit... CA SUFFIT J'AI DIT !

Elle glissa ses mains entre les deux hommes et arracha Lin à Fenrir, tirant le jeune homme vers l'arrière. La neige s'était mise à tomber, lentement. Les quelques flocons timides s'égarèrent le long des mèches noires de la jeune femme. Vamp posa son regard sur le Loup.

-Cesse de p'lotter mon homme, je vais finir par mal le prendre...

Sans un mot de plus, elle se tourna vers Lin, posant une main possessive sur le torse du jeune homme. Ses yeux noirs croisèrent ceux du jeune homme, lui arrachant un léger sourire. Le pauvre n'avait sûrement rien dut comprendre à cette histoire. Elle essuya une traînée de sang de la paume de sa main, en profitant pour caresser son visage. Attirée... Elle l'était plus que tout. La jeune femme entraîna son compagnon vers le camp et l'obligea à s'asseoir.

-Assis-toi...

Elle s'agenouilla à ses côtés et sans attendre que le jeune homme soit complètement installé, elle se pencha, agrippant sa nuque et ses lèvres se refermèrent sur la bouche du jeune homme.

_________________
"Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lin
Admin
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: Le temps d'un voyage...   Sam 26 Déc - 14:22

Lin commençait à haleter. La vitesse de réaction exigée par le haut niveau de son adversaire l'obligeait à se défendre sans réfléchir, tendant son corps au maximum. Il n'avait pas le droit à l'erreur, ou l'autre viendrait lui asséner le coup fatal. Il se devait de rester debout et face à l'homme, ne pas fléchir et même attaquer. Ses poumons travaillaient à plein régime, brassant tout l'air qu'ils pouvaient pour irriguer le sang du barbu. Mais malgré tous ses efforts, il commençait à fatiguer. Il ne s'était pas battu ainsi depuis longtemps et ses techniques de combat restaient floues dans sa mémoire. Seuls ses réflexes profondément ancrés lui permettaient de ne pas s'ouvrir aux poings de son adversaire. Il lui fallait trouver une sortie avant de faillir complètement.

Se déplaçant sur le côté avec les forces qu'il lui restaient, Lin esquiva un coup avant d'en asséner un, sa main se refermant sur le poignet de l'homme. Alors même que ses doigts se refermaient sur lui, il savait que ça n'allait pas suffire. Se sentant basculer en avant, le barbu roula sur lui même, voulant se relever au plus vite, sachant que s'il restait à terre, il ne se relèverait plus. Mais son adversaire en avait décidé autrement et il lui tomba lourdement dessus. Le combat continua de se dérouler au sol, les membres se mêlant et se débattant dans la poussière du chemin. Rien ne laissait présager de fin autre qu'un coup final, bien placé, avec la force requise pour assommer le barbu.

Le coup ne vint pas. Lin n'eut pas le temps de comprendre pourquoi. Remis debout par une main blanche, il fut entraîné à l'opposé de l'homme aux favoris et assis de force. Il ne voulait nullement s'asseoir mais la fermeté qui le guidait l'empêcher de choisir. S'il s'était écouté, il serait retourné au combat pour tenter de corriger son assaillant. Attaquer au dépourvu était lâche et le barbu aurait bien voulu le lui faire rentrer dans le crâne, au sens strict du terme.

Ce n'est qu'au sentir des lèvres qui se refermaient sur les siennes que le jeune homme perdit toute velléités d'échauffourée. Ce simple contact le calma mieux que toute force et il passe machinalement ses bras autour de la jeune femme. Que le combat ait été fini ou pas n'avait pas l'air d'avoir d'importance. Pourquoi alors se priver du contact de sa compagne ? Sans plus chercher à comprendre, il se laissa entraîner par la jeune femme.

[...]

C'est alors qu'il se retournait contre le sol de terre que son bras s'écrasa mollement contre la jeune femme. Se redressant sur un coude, il se frotta les yeux d'un poing encore endormi. Son esprit le réintégrait lentement et un bâillement sonore acheva de le sortir de sa torpeur. Il scruta les alentours d'un regard neutre, se demandant où Fenrir avait bien pu passé. Il n'avait pas pris garder à l'autre quand Vamp les avait séparés et ne s'en était pas plus préoccupé ensuite. Ce n'est que maintenant qu'il se réveillait qu'il prenait conscience de son absence. Ce n'était pas plus mal, au vu de la soirée passée, mais la question resta tout de même en suspend dans l'esprit du jeune barbu.

Il se passa une main dans la barbe et tourna la tête, son regard tombant sur la jeune femme étendue à côté de lui. Sa peau blanche tranchait largement d'avec la couleur du sol et du plaid la recouvrant. Encore assoupie, elle ne remuait que peu, ce qui laissait à Lin le loisir de l'observer. Il n'avait pas compris les enjeux de la veille. Ni le revirement de comportement de la part de sa compagne. Pourquoi lui avait-elle sauté dessus après le combat alors qu'elle n'avait même pas daigné lui accorder un regard quand il s'engageait ? C'était sans comprendre qu'il s'était laissé entraîné. Maintenant qu'il était calmé et que son esprit autant que son corps étaient au calme, il allait pouvoir y songer.

Il glissa ses doigts à l'épaule nue de la jeune femme, l'effleurant légèrement avant de s'incliner vers elle, ses lèvres venant remplacer ses ongles.


Mon Cadavre ...

Il glissa son nez vers le cou de la jeune femme, venant fureter parmi son odeur. Son bras s'enroula autour de sa taille et il acheva de se serrer contre son dos, son torse se creusant à sa forme.

Réveil ma chère ... J'ai deux trois questions à te poser.

Se disant, il s'écarta légèrement d'elle et s'assit, le plaid tombant sur ses hanches. Fenrir toujours introuvable, il allait pouvoir parler sans peur de se prendre à nouveau un coup.

J'ai pas exactement compris l'intérêt de me prendre le poing de ton cher ami dans la mâchoire. Encore moins celui de ne pas avoir achevé le combat. Et je suis totalement perdu quant à ton attitude. D'abord tu me dédaignes, et ensuite, tu me sautes dessus ... J'ai raté une étape ou alors c'est vraiment du fouilli incompréhensible ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Le temps d'un voyage...
Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Le premier vol aérien humain
» Temps libre en voyage scolaire
» Philadelphia Experiment . Etrange voyage dans le temps .
» Question sur le rêve et le voyage dans l'espace-temps
» Voyage hors temps scolaire

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre des Cuspna :: Royaume de France et autres royaumes :: Sur les routes...-
Sauter vers: