l'antre des Cuspna

Je voudrais mourir si cela ne vaudrait mieux que de ramper, de s'avilir et se prostituer
 
AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 le sang et le marbre

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Vamp

avatar

Messages : 265
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: le sang et le marbre   Sam 7 Mar - 12:37

Adossée contre le plan de travail, la pâle jeune femme n’avait pas bougé, ses bras croisés sur sa poitrine. Ses yeux noirs n’avaient pas quittés le visage de Drum alors qu’il contait son histoire. L’histoire de Drum. Une de ces histoires, où lorsque vous êtes l’uns des protagonistes et que vous en réchappez, vous espérez oublier. Mais voilà, certaines histoires restent ancrées au plus profond de la moelle de vos os. Certaines histoires, malgré le temps, le froid, la neige ou la pluie ne s’effacent pas. Le chêne finit par se déraciner, le rocher devient sable, la jonquille de printemps se fane, mais ces histoires là ne disparaissent pas. Elles restent présentes au plus profond de l’être, à torturer. Chercher le repenti en espérant laver son âme et tenter de racheter ses fautes commises ne changeait absolument rien. Vamp ne le savait que trop bien. Ce n’était pas avec de la pitié qu’elle observait l’homme qui lui faisait face, mais avec la compassion de celui qui comprend.

Vamp avait plus ou moins comprit qui était Marzac pour Drum. Dans sa jeunesse, elle avait été protégée par le Garou. Son Vukodlak. Le sien et à personne d’autre. Le jeune garçon avait à peine quelques mois de plus qu’elle, mais lui avait toujours fait nettement ressentir, à son grand agacement. Elle aurait tout fait pour lui. C’était le premier garçon dont elle avait goûté les lèvres. Mais c’était une autre histoire. Le Lycan devait être l’équivalent de Marzac pour Drum. La jeune femme sentit une nausée la prendre en s’imaginant lui faire du mal. Elle n’osait se demander dans quel état l’esprit de Drum devait être après cela. Et tout ceci à cause d’une femme au comportement de sainte qui ne laissait que tristesse et douleur derrière elle. La pire, c’est que Vamp était persuadée que Ginie s’endormait comme une enfant chaque soir, sans la moindre culpabilité pour la tenir éveillée dans l’obscurité de la nuit, alors qu’elle même devait chaque soir combattre ses cauchemars.

Drum releva la tête et l’observa. Vamp lui rendit son regard, impassible. Elle n’était pas femme à se précipiter vers quelqu’un, le visage ruisselant de larmes hypocritement compatissantes, les bras tendus. Elle n’était pas non plus là pour juger Drum. Qui était-elle pour juger les actes des autres ? Qui pouvait réellement les juger ? Un lourd silence s’installa entre les trois personnes réunies. Silence à peine troublé par la minette qui se faisait tranquillement les griffes sur un des pieds de la table, loin des préoccupations humaines. Une bûche craqua dans l’âtre et s’effondra sur les braises dans un bruit sourd, léchée par les flammes avides qui renaissaient. Le bruit ne fit même pas siller la jeune femme. Au bout d’un long moment de silence, ses lèvres s’entrouvrirent enfin.


- Un animal… Pardonnez mon impertinence, mais je ne suis pas d’accord. Vous avez fuit par honte. Par tristesse et par remords vous vous êtes isolé. Un animal tue sans sentiments, et ne connaît pas la notion de remords.

La jeune femme secoua la tête.

- Vous êtes un homme Drum, pas un animal. C’est à la fois ce qui fait votre honneur mais aussi votre faiblesse.

Vamp n’était pas habituée à tenter de faire passer des messages, aussi ses paroles étaient elles maladroites, mais elle avait confiance en Drum pour qu’il comprenne où elle voulait en venir et surtout, qu’elle ne l’insultait pas par ces propos. Elle hocha lentement la tête.

- Vous vous êtes donc retrouvé à Lyon, ville où vous avez rencontré cette charmante femme brune que vous m’avez présentée, n’est ce pas ?

_________________
"Nous aimons nous repaitre de ceux qui aimeraient nous soumettre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Drumgray

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 06/11/2008

MessageSujet: Re: le sang et le marbre   Dim 8 Mar - 5:50

Une trainée brûlante cheminait dans la gorge de Drumgray, mais il n'y prêtait pas d'attention. Il n'y avait que ce regard noir sur lui. Que pouvait-elle bien penser ? Jamais n'avait-il pu déceler quoi que se soit, si elle ne l'avait pas voulu elle -même. Mais cette forteresse avait toutefois quelque chose de rassurant, comme l'idée d'un passage réservé... Ce fut un craquement qui sortit Drumgray de sa torpeur, alors que tous étaient silencieux.

Vampirette, vous dites que je suis un homme, et pourtant je n'en suis pas fier. La honte, en effet : mais la honte de devoir partager cette appellation avec mes congénères qui n'ont rien de commun avec moi. Je sais reconnaitre la valeur d'un homme et si le cœur me plait, il sera de mes amis... Mais ils sont si rares !

Drumgray fit un sourire à Vampirette. Contrer ce regard ? S'en protéger ? Simplement accepter ? La faiblesse de Drumgray était son cœur, il en était conscient, mais il ne pouvait aller contre. Qu'importait s'il devait en souffrir. Il avait juste appris à ne pas aller trop vite, désormais. Vampirette avait souffert de sa rapidité de jugement, de sa bêtise. Il n'avait plus qu'à faire en sorte de l'épargner tant bien que mal. Mais la présence de cet homme à son côté apaisait Drumgray. Il savait désormais que ces deux là étaient à jamais l'un pour l'autre. Drumgray regarda à nouveau Vampirette à son évocation de Nolanna, et lança un sourire provocateur.

Charmante ? Et bien que je sois damné ! Vous êtes donc capable de sentiments ?

un doigt sur le bord du verre, il souriait. Elle était réellement charmante ! Et il était autant surpris qu'heureux que Vampirette l'évoque en ces termes.

Oui, Vampirette, c'est bien cela. Ma première soirée, de retour à la civilisation m'a coutée. J'étais sale, puant et à moitié nu... Et Nolanna était là, visiblement décidée à finir une vie qui lui tournait le dos. Il lui fallait se rendre à Carcassonne, ou Albi, je ne sais plus bien. Je lui ai donc proposé de l'escorter. j'allais vers Murat de toute façon, reprendre une vie réglée d'avance...

Drumgray se revoyait reprendre des forces, à défaut de courage. Son honneur lui commandait de rentrer à Béchadie, et il avalait de gros morceaux de viandes, chaque jour, en prévision du labeur qui l'attendait au domaine et des escortes à venir.

Mais en chemin, une femme me parla d'Alenya... et de son mari ! Vous parlez d'une surprise ! son mari l'avait quittée pour la rejoindre ! j'étais à nouveau mort... en arrivant à Murat, j'ai entendu des choses, il y avait des traces qui ne laissaient pas de doute, si le témoignage de cette femme aurait pu prêter à méfiance. Je suis donc parti aussitôt, accomplir la mission que j'avais entamée, jurant que Béchadie n'était plus de ma compétence, et que je verserai le sang sans remord si j'en croisais le nouveau maitre. alors, Albi, ou Carcassonne.. Ou Lyon, rien n'importait plus !

Drumgray s'étonnait de sa diarrhée verbale. Lui qui ne parlait jamais, voilà qu'il se vidait avec indécence ! Mais la sensation était étrange, car il sentait qu'il pouvait se confier à Vampirette, qu'il le fallait, pour que cette relation renaissante ne soit pas bancale d'emblée. Les fondations avaient été si minables qu'il fallait y remédier. Drumgray se frotta le menton. Ce geste idiot n'en avait pas moins de fondement. Il lui permettait de réfléchir, de mesurer, de peser ses mots... D'entendre ceux des autres... Drumgray sourit à nouveau.

Nous sommes donc arrivés en Albi, où j'appris que la rumeur nous avait précédée. Il était dit à Lyon, que j'avais enlevé Nolanna et qu'elle avait abandonné son mari et ses enfants. Peut-être nos cœurs s'étaient -ils trouvés avant nos yeux, mais jamais, Vampirette, ne me suis-je conduit de la sorte. Alors quand elle fut répudiée de la pire des manières, nous nous sommes rapprochés... Et je peux vous l'avouer, Vampirette, cette femme est ce que toutes devraient être : honnête, aimante et acceptant les choix de l'autre.

Drumgray sourit à Vampirette, décidé à se taire. Il versa un peu d'eau de vie dans son verre, ainsi que dans celui de Lin, qui écoutait en silence, sans bouger. Une goutte tomba sur la table, et Drumgray la recueillit du bout du doigt, et la porta à ses lèvres, qui souriaient toujours...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lin
Admin
avatar

Messages : 244
Date d'inscription : 28/08/2008

MessageSujet: Re: le sang et le marbre   Dim 8 Mar - 11:13

Lin était adossé au mur. Les bras croisés, une de ces mains tenait un verre tandis que l'autre reposait sur son bras. Il avait rempli les deux autres verres, ceux de Vamp et de Drum. Il n'était pas sûr qu'ils les boivent, mais qu'importait au fond ? Ils étaient pleins et s'ils avaient soif, ils leur suffiraient de prendre les gobelets transparents.

Les yeux du barbu passaient de l'homme assis sur le tabouret à la jeune femme au teint cadavérique. Les deux ne se quittaient pas du regard. L'un racontait, l'autre écoutait. Les rôles s'inversaient dès que les lèvres de Drum se fermaient, laissant le temps à celles de Vamp de s'entrouvrir. L'homme à l'épée semblait plongé dans ses souvenirs. Son corps réagissait à sa mémoire ravivée, se tortillant sur son assise. Pris dans son récit, on pouvait voir passer l'ombre de ses sentiments sur son visage. Le barbu se contentait de le regarder. Un regard neutre, objectif. Il ne connaissait pas suffisamment l'homme pour pouvoir s'impliquer dans ses réminiscences, d'aucune manière que ce soit. Il restait donc là, contre le mur, à écouter attentivement mais avec réserve les mémoires de cet homme qu'il ne connaissait que peu. Il ne se sentait cependant pas intrus. Parce que Vamp le connaissait ? Parce qu'il était chez lui ? Ou pour une raison qui lui échappait ?

Il haussa légèrement les épaules à son questionnement interne et porta son verre à ses lèvres. Le liquide se répandit dans sa gorge, la baignant d'une forte chaleur d'alcool fort. Il laissa la goutte descendre le long de son gosier, se frayant un chemin jusqu'à son estomac, s'y déversant par vagues. Une fois sa soif étanchée, le barbu releva les yeux sur sa compagne, adossée contre le plan de travail.

Pâlotte. De nature. Les bras croisés, elle fixait Drum avec un air sérieux, suivant apparemment son récit avec toute l'attention de celle qui comprend. Contrairement à Lin, elle le connaissait. D'où lui échappait encore, mais il était certain qu'ils s'étaient rencontrés déjà auparavant. Quelle avait été la nature de leur rencontre ? Comment cela s'était-il passé ? Il n'en avait pas la moindre idée, mais cela ne lui importait pas réellement. Le fait était que Vamp connaissait cet homme et qu'aujourd'hui elle l'écoutait. Elle parla même d'une jeune femme, qui devait être la compagne de Drum. Charmante ? Un léger sourire étira les lèvres de Lin en entendant Vamp prononcer ce qualificatif. Elle devait vraiment être agréable.
Elle prenait partie dans la conversation, rectifiant certaines choses, tentant d'en affiner d'autres, tandis que certaines autres encore étaient affinées par ses soins.

Le barbu se redressa, son dos longeant le mur dans un léger raclement. Il ramena son pied contre le bois, l'autre gardant l'équilibre au sol. Laissant sa tête reposer contre les lattes, il baissa les yeux vers son verre. Il y glissa le bout de son doigt, le remuant légèrement. Quel bon alcool que celui-ci ...

Drumgray continuait de parler, expliquant comment il s'était retrouvé à Murat. Comment il a avait rencontré sa compagne. Comment il l'avait suivie. Lin écoutait toujours, dans un silence respectueux, distant vis-à-vis des souvenirs de cet homme, quoi que compréhensif. Il ne pouvait se détacher complètement des sentiments qu'il avait naître, modelés sous les mots de Drum. Certains pans de l'histoire resteraient flous pour lui, mais il avait saisi l'essentiel. Du moins le pensait-il quand il reposa son verre sur la table. Il poursuivait dans son mutisme, laissant la parole à ceux qui avaient des choses à dire. Pourquoi parlerait-il ? Cette histoire n'avait rien en commun avec lui, du moins pas suffisamment directement pour qu'il se permette de s'immiscer dans la conversation aussi rudement. Il se contenta donc d'un signe de tête vers l'homme à l'épée, le remerciant de son verre de nouveau plein. Tournant la tête vers Vamp, il sourit légèrement. Il la savait capable de confiance et d'amitié envers d'autres individus, mais elle l'étonnait aujourd'hui plus qu'un autre jour. Entre sa preuve d'amitié de tout à l'heure et l'assurance confiante qu'elle semblait placée en Drum, elle paraissait parfaitement sûre d'elle.

Reprenant son verre, Lin retrouva le mur, son dos s'appuyant contre lui. Il remua un instant son gobelet, regardant le liquide tourner et un air calme s'empara de ses traits. Ombragé d'un léger sourire, il porta le verre à ses lèvres.
Entouré de Drum et de Vamp, il savait qu'il aurait pu plus mal tomber.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: le sang et le marbre   

Revenir en haut Aller en bas
 
le sang et le marbre
Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Le sang du christ un roman qui m'a choquée
» Sang desséché, corne broyée... pour les fruits et légumes
» De la sueur, du sang et des larmes.
» Trace de sang sur la langue...
» Le sang

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
l'antre des Cuspna :: La Troupe des Cuspna :: La Troupe des Cuspna-
Sauter vers: